1 août 2013 - Rose Munjongue

Célibataire, je le vis mal

Je ne sais pas si c’est l’eau du poisson qu’on a versée sur moi ou si c’est seulement la malchance qui me suit. Je suis dépassée. Les autres filles font comment ?  Dans mon quartier, je connais une voisine qui a au moins 8 gars. Aujourd’hui, Thierry passe, demain, Lionel… Quand je pense aux engins qui roulent sur son axe, je confirme, « Mama tu es forte ». Si j’avais seulement une brouette, est ce que j’allais pleurer ? Quand elle monte au 7eme ciel, je gère le froid. Ne vous moquez pas de moi. C’est la vérité. Après, je me demande si je dois encore l’envier avec toutes les maladies qui pullulent là dehors.
Comment pouvez-vous expliquer le fait qu’à bientôt 40 ans, je n’ai eu qu’une seule proposition de mariage. Mais le mec qui avait osé, franchement, mes co’o, même cadeau vous l’auriez refusé, tellement il avait des fenêtres dans la bouche. Je ne vous dis pas qu’entre temps, il y a une qui l’a trouvé craquant comme le biscuit et qui lui a fait 4 gosses. Bien fait pour ta gueule. Je suis toujours là, même l’œuf je n’ai pas réussi à pondre.
Quand j’avais 20 ans, je me vantais partout « Je suis belle, j’ai la vie devant moi » Il fallait voir les gars qui me couraient après : beau, laid, petit, grand, riche, pauvre, albinos, blanc, noir, chinois…Je n’ai pas connu quelle espèce ? À force de trier, je me suis retrouvée seule.

Le jour où le ciel a pitié de moi, il m’envoie un de ces lascards qui veut seulement tuer et partir. Si vous apprenez que je suis devenue folle, ne vous étonnez surtout pas ! Parce que le genre de dialogue que j’ai engagé avec mes oreillers m’inquiète. A mon tas de cotons, je vais jusqu’à faire des câlins. Mon cas est laid. Ne dites rien.
Récemment, je cherchais un studio à louer, dis donc, le bailleur m’a passé à un interrogatoire. « Êtes-vous marié ? Avez-vous des enfants ? Avez-vous un emploi ? Parce que moi je ne cède pas ma maison à des célibataires. Vous ne payez jamais. Toujours à compter dans les poches des maris d’autrui pour régler votre bail. Désolé, vous avez frappé à la mauvaise porte ». Est-ce de ma faute si je n’ai toujours pas de prétendants ? Je pense sérieusement à créer une association pour célibataires, ainsi nous pourrons revendiquer nos droits. On est où là ?
Si les yeux tuaient, je serais morte depuis longtemps. « Je dis hein, tu vieillis comme ça, tu ne vois pas ? Ou tu penses que tu rajeunis ? Tu ne vois pas Pélagie, elle s’est mariée l’autre jour, Christophe aussi, tu attends quoi ? Pardon déposez moi, vous parlez comme si vos vies étaient meilleures.
N’est ce pas je joue les agents d’appui dans une de ces entreprises du gomna(gouvernement) ! Il faut entendre mes collègues qui ont au moins eu 5 minutes de retard un jour. Oh, mon chéri ne voulait pas que je marche beaucoup, il allait faire le marché à ma place. Vraiment dieu est grand, il m’a bénie. Ma sœur tu ne dis rien ? Je vais dire quoi, je suis venue vous accompagner sur terre.

The following two tabs change content below.
Rose Munjongue
Je suis journaliste en service à la Cameroon Radio Television. Depuis septembre 2011, j'anime un magazine dédié au quotidien des camerounais, "Reportage Taxi", tous les samedis entre 15h30 et 16h. Je suis également membre d'une association de journalistes traitant de faits culturels, la Cameroon Art's critic's.
Rose Munjongue

Derniers articles parRose Munjongue (voir tous)

Mon divers âme soeur / coeur brisé / femme / mal / malade / recherche / seul /

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *